Tuyau bouffe du jour : l’anisetta au café Tim Wendelboe (Oslo). Café filtre fait avec un aeropress auquel on ajoute une liqueur d’anis et un peu de lait. Il est vendu au café éponyme de celui qui a gagné le concours du World Barista Championship en 2004, le Norvégien Tim Wendelboe. Un autre barista norvégien avec qui je parlais l’a qualifié gentiment de « nazi » du café. Il faisait référence aux premières semaines d’ouverture du café. Wendelboe aurait déclaré des « semaines noires » pendant lesquelles il refusait de servir tout type de café contenant du lait. D’abord un torréfacteur, il veut promouvoir la culture du café, bien avant ses ventes d’espresso. J’ai aussi goûté leur café filtre noir aeropress fait avec un Tekangu du Kenya (voir photos plus bas). Très peu torréfié, ce café était léger comme un thé Darjeeling. (Si vous voulez goûter à Montréal un café fait à partir d’un aeropress, Ève Dumas a écrit un article sur Pourquoi Pas Espresso Bar qui utilise ces filtres pour préparer leur café. )

J’ai aussi fait une dégustation de poissons norvégiens à la poissonnerie/restaurant Fiskeriet. Le maquereau fumé était exceptionnel. Le poissonnier m’expliquait qu’à cette période de l’année, ce poisson est bien gras. Le maquereau est aussi au Québec l’un des rares poissons qui se retrouve, à la fois, sur la liste verte de Greenpeace ET d’Ocean Wise. Pourquoi ne le consomme-t-on pas plus? Il est délicieux. Pour le hareng, par contre, rien à faire. Même camouflé dans une sauce sucrée, mon palais détecte instantanément l’intrus.

Dernière visite de la journée, le Musée norvégien des Arts et traditions populaires à 15 min du centre-ville. Ce musée à ciel ouvert présente la vie des Norvégiens depuis le 16e siècle. Plus de 150 édifices historiques ont été reconstruits sur l’immense site pour présenter la vie à la ville, près de la mer, à la montagne, etc. J’aurais pu y passer tout l’après-midi. Vraiment intéressant.

[nggallery id=120]

 

Ce billet est écrit à la suite d’une invitation de VisitOslo.