Jour 3 et dernière journée en Croatie. Lever ce matin devant Dubrovnik anciennement appelé Ragusa. Quand l’Austral ne peut accoster, un tender nous amène à bon port (voir photos). Pas mal mieux qu’un zodiac où l’on se retrouve souvent tout mouillé.

Tour de la ville à pied avec une guide qui nous disait que l’on retrouvait 41 monuments religieux (églises, synagogues, mosquées) dans cet endroit qui depuis toujours est un carrefour maritime. Hier, un historien croate est venu à bord du bateau pour raconter l’histoire de ce coin de la planète qui, il y a encore 17 ans, était en guerre (Kosovo et Casques bleus, ça vous rappelle quelque chose?). Avec beaucoup finesse, il nous a expliquer la formation de la Yougoslavie et sa destruction. Avec les mots justes, il nous a dressé un portrait plein d’humanité. Il espère que la nouvelle génération pourra aller de l’avant et se tendre la main. C’était touchant de l’écouter.

[nggallery id=356]

 

La Croatie fait d’ailleurs partie de l’Union européenne depuis lundi dernier (1er juillet). Mais on n’y utilise pas encore l’euro, mais le kuna.

Retour à bord pour un repas italien ensuite pour le lunch avec un super osso buco des aubergines parmigiana.

[nggallery id=357]

 

Surprise en fin d’après-midi, le commandant a permis aux passagers du navire de sauter dans la mer. Un périmètre de baignade a été mis en place (avec des sauveteurs dans 3 zodiacs) et une vingtaine de membres d’équipage et le commandant lui-même surveillaient les baigneurs. Intéressant de voir comment se déroule la vie sur un bateau et combien d’attentions sont portées au confort et à la sécurité des passagers. Par exemple, à notre arrivée à Dubrovnik, un tapis était placé sur les dalles glissantes du port afin que personne ne se blesse.

Voyager sur une croisière permet d’avoir une vision différente du voyage. Nous sommes restés toute la journée face à Dubrovnik. Je l’ai donc observé de l’intérieur – en mis rendant- mais surtout de l’extérieur en la regardant de la piscine où du balcon de ma chambre.

Ce billet est écrit à la suite d’une invitation de la compagnie du Ponant. Pour lire sur mon expérience sur le Boréal l’an passé, voici le résumé de la croisière gastronomique.