Je suis repartie pour un voyage éclair.  Le Qatar en 5 jours. Pour découvrir ce que l’on y mange, mais aussi le vol direct Yul-Doha (C’est Qatar Airways qui organise ce voyage de presse).

Me voilà donc en classe affaires pour un vol de 13h et là, juste au moment d’atterrir, je me presse pour écrire ce billet parce que le temps a passé trop vite! En fait, j’ai dormi une grande partie du vol, ce qui ne m’arrive jamais en avion. Les sièges en classe affaires s’allongent pour devenir un vrai lit 180 degrés – je vous en avais déjà parlé lors d’un voyage avec Swiss Air – fait toute a différence pendant le vol, et à l’arrivée puisque moins fatiguée.

[nggallery id=260]

 

Le service toujours disponible pour vous servir le repas au moment où vous le voulez, ainsi qu’une longue carte de petits plats ou collations à commander en tout temps, sont aussi des musts.

Mais le luxe, c’est surtout le souci du détail. Voici les petits plus que j’ai retrouvé pendant ce vol de la classe affaires de Qatar Airways :

  • À l’arrivée dans l’avion : champagne !
  • On offre avant le décollage un pyjama, un loup, des bouchons, des crèmes, des pantoufles, un peigne
  • L’espace est tellement grand pour le siège que chaque place prend l’équivalent de 4 hublots.
  • Double espace aussi pour la salle de bain où l’on retrouve brosses à dents et ensemble de rasage
  • Prises électriques près du siège pour brancher les appareils (on retrouve des fois des prises en classe économique sur Air France)
  • Et 3 grands bonheurs : comme l’espace est tellement grand à nos pieds, on peut laisser nos sacs éparpillés un peu partout ; aucune publicité avant les films (Air Canada exagère des fois avec 5 minutes de pub à regarder avant de pouvoir visionner le film); et de la chaleur, je suis toujours congelée en avion, et pour une fois, j’ai eu chaud.

Ce billet pourra vous sembler superficiel, mais dans des circonstances semblables, c’est vraiment un plaisir de prendre l’avion. Ah, mais il y a quand même une justice en ce bas-monde. Il y a avait un enfant qui pleurait souvent en classe économique, on l’entendait jusqu’en classe affaire.. !