Après deux ans de pause, me revoilà avec les tendances alimentaires pour 2018. (Vous pouvez lire mes prédictions en 2013, 2014, 2015). Si certaines étaient farfelues (qui boit aujourd’hui du lait de chamelle?), d’autres ont vraiment intégré le monde de la cuisine (fermentation, consommation d’insectes, le boom des microbrasseries, gaspillage alimentaire, beignes haut de gamme).

La première tendance serait ce que l’on qualifie en anglais « clean eating ». Manger des produits non transformés, des grains entiers, manger moins de viande, limiter le sucre et les produits transformés. Rien de bien nouveau me direz-vous, mais l’idée c’est que maintenant tout est rassemblé sous un seul terme. Au lieu d’avoir un régime sans ceci ou plus de cela, on a ici une vision plus globale. Vous me direz que cela ressemble beaucoup au fameux « régime méditerranéen » des années 2000, et vous n’avez pas tort. Tout se recycle…

Aussi, j’ai vu dans trois restaurants montréalais récemment des tartares de betteraves. Après les carpaccios, un autre exemple d’une technique/terme de cuisine que l’on applique habituellement à la viande qui est utilisée sur les légumes.

restaurant LOV salle

À Montréal, on a souvent souligné le haut degré « d’instagrammabilité » du restaurant LOV.

 

Autre tendance qui ne disparaîtra pas de sitôt l’instagrammabilité du décor des restaurants ou des plats qu’on y sert. En espérant que les belles assiettes ne se présenteront pas au détriment du goût…

Finalement, plusieurs sources s’entendent pour démontrer l’importance que prendront les mocktails et autres boissons pétillantes sans alcool.

 

lotus-root

Racines de lotus. Crédit photo: https://www.bonappetit.com/story/food-trends-prediction-2018

 

Si on regarde du côté de la bible des tendances, le magazine Bon Appétit, voici ce qu’il suggère :

-la cuisine portugaise et le cannage maison du poisson. J’en avais déjà mangé chez Fable à Vancouver et le bar Clémentine à Edmonton en a actuellement sur son menu

-racines de lotus (un élément qui ajoute du croquant à un plat)

-les bars à vin (de type européens en Amérique du Nord). Si je vous avais dit que j’aimais beaucoup en 2017 le Monopole et l’un des restaurants montréalais très attendus en 2018 est le bar à vins de la bande de Joe Beef qui s’appelle Mon lapin

– la torta ahogada, un sandwich mexicain

-et le déjeuner japonais. (Intéressant parce que cela fait un mois que je déjeune avec une soupe miso!)

 

Je regarde également avec beaucoup d’intérêt, les suggestions de la National Restaurant Association (É-U). De ce sondage annuel répondu par 700 chefs, je retiens :

-Les condiments faits maison (on en voit déjà, mais on en veut plus)

-les féculents remplacés par des légumes (comme le riz de choux-fleur ou les spaghetti de courgette)

-la crème glacée thaïlandaise

-des herbes moins connues comme le cerfeuil, la livèche ou la mélisse

 

Voici ce qui retient l’attention de Pinterest

-le Air Frying (faire frire avec l’air chaud au lieu de l’huile!)

 

dej japonais

Petit-déjeuner japonais. Crédit photo: https://www.bonappetit.com/story/food-trends-prediction-2018

 

Sinon, il y aussi :

-La culture de fines herbes et de pousses selon Reader’s Digest

Le Journal Métro : le régime végétalien

Le Must mentionne la cuisine d’Afrique de l’Est et les fondues

-Dans le courant du clean eating, le site Avenues.ca propose la transparence totale. Les consommateurs sont de plus en plus informés et se méfient des grandes compagnies. Celles-ci devront dire toute la vérité sur l’environnement, l’éthique ou la santé.

Châtelaine (Canada anglais) les super lattes avec betteraves, curcuma ou algues. Première fois que je vois l’expression « root to stem ». L’idée que l’on mange nos légumes de la racine à la tige (inspirée de l’expression carnivore du museau à queue)

-Forbes avance que l’or sera présent en paillettes ou fines feuilles entre autres dans la présentation des desserts.

La Presse souligne à l’international les grandes tables qui ferment ou déménagent ou qui ouvrent des tables éphémères dans d’autres pays. La liste de + et – en 2018 est aussi digne d’intérêt.

Le Saint-Louis Post propose l’expression « sceen to table ». Des films ou des jeux vidéo font des livres avec les recettes que l’on a vues précédemment à l’écran. Il y aura une plus grande précision sur la provennace. Par exemple, on ne parlera plus de Southern Food, mais de Nashville Hot ou Carolina Sweet.

 

Côté supermarché

Futé, le géant Whole Foods a sorti en novembre – avant tout le monde – sa liste de tendances pour 2018. Ce contenu a été repris par maintes publications jusqu’à Vogue France. Méchant coup de pub pour la chaîne. (Il mettait de l’avant les arômes de fleur, les super poudres et les champignons)

-Quelques semaines plus tard, Provigo sortait lui aussi une liste. A obtenue moins de portée.

 

Et comme quoi les tendances varient d’un endroit à l’autre…

-La BBC semble un peu en retard (les bols de poke étaient tellement 2017!), mais attire aussi l’attention un poivre du Népal qui se nomme timut et d’une alimentation bonne pour les intestins.

-Idem du côté du journal The Star qui met de l’avant le kombucha (so 2016!!)

 

En terminant

Slate a publié en septembre dernier article très intéressant sur Comment les chefs s’adaptent aux nouvelles tendances culinaires.

Et pour ce qui devrait disparaître, le Journal de Montréal a publié en septembre dernier 29 tendances que l’on ne veut plus voir!

 

La photo principale représente Esters un bar à vin de Santa Monica. Crédit photo: https://la.eater.com/2015/8/6/9113455/esters-santa-monica-wine-bar-photos-interior-cassia-inside#0