Fernando Hara est natif de Buenos Aires et a travaillé en Californie puis au restaurant Pantagonia Sur avant de devenir chef d’Unik. C’est à ce restaurant au magnifique décor (allez voir les photos sur le site), qu’il travaille avec Yago Marquez. Celui-ci l’accompagnait au restaurant La Porte dans le cadre de Montréal en lumière. Entrevue à trois comme hier avec Guido Tassi.

Ils commencent en me disant combien ils sont heureux d’être ici, combien tout le monde en Argentine sait qu’ils sont à Montréal et que c’est une très belle visibilité pour eux. Tant mieux !

Chefs invités Fernando Hara et Yago Marquez

Un aspect méconnu de la cuisine de Buenos Aires?

Nous sommes dans une période charnière où la gastronomie argentine change à plusieurs égards. Entre autres, on ne mange pas que de la viande; le poisson, les légumes composent de plus en plus les assiettes.

 

Une bonne adresse là-bas?

Hong Kong Style, un restaurant familial comme ici à La Porte. Le mari en cuisine, la femme en salle à manger et courses quotidiennes au marché.

 

La première chose que vous avez mangée en arrivant à Montréal ?

Le petit-déjeuner à l’hôtel Le Germain où nous séjournons. Très bons petits pains au chocolat.

 

Première fois à Montréal ?

Oui, première fois au Canada

 

Votre aliment préféré pour cuisiner?

(Fernando prend la parole) Comme Argentin, j’aime bien faire la parrilla (les grillades).

 

Qu’est-ce qui vous a étonné de la cuisine de votre chef hôte ?

La grandeur : comment, dans une si petite cuisine, trois personnes pouvaient préparer un menu aussi complexe. Aussi, que cela soit vraiment une histoire de famille avec tout le monde qui met la main à la tâche.

 

En quoi votre restaurant est-il semblable/différent du restaurant hôte ?

La décoration est très différente, mais la vision de la cuisine est la même.

 

Quel plat croyez-vous sera le succès de la soirée ?

(Au moment de l’entrevue, ils avaient déjà fait une soirée) La côte de bœuf Angus Eumatimi vieillie 28 jours accompagnée d’une variété de pommes de terre et sauce chimichurri. La qualité de cette viande est exceptionnelle, aussi bonne que la viande argentine (qui est réputée internationalement).

[nggallery id=277]

 

Une technique particulière que vous utilisez pour concocter votre repas?

Non, du sous-vide et de la fumaison

 

Quelle est, selon vous, la tendance gastronomique pour 2013?

(Yago) Toujours chercher le bon produit.

(Fernando) Nous sommes en transition après la nouvelle cuisine et la cuisine moléculaire. Nous prendrons le meilleur des deux.

 

Pour voir Fernando Hara en action, voici une vidéo que j’ai trouvée sur YouTube où il cuisine

 

 

Chef hôte Thierry Rouyé

 

Qu’est-ce qui vous intrigue dans la cuisine de Buenos Aires?

Je ne connaissais pas la cuisine de l’Argentine. Je pensais que cela serait une cuisine qui ressemblerait à la cuisine d’Amérique latine ou hispanique. Mais j’ai trouvé beaucoup de similitudes dans les saveurs avec ce qu’avait cuisiné le chef invité du Portugal, l’année où Montréal en lumière avait mis ce pays à l’honneur.

 

La demande farfelue que le chef invité a faite?

Rien. Ils ont été épatés de la qualité et variété des produits. Ils m’ont dit : « Avec la qualité des produits disponibles, nous ne pouvons pas faire une mauvaise cuisine».

 

Ce que vous ferez pendant la soirée ?

On se divise les postes.

 

Pourquoi doit-on venir manger chez vous?

Pour les saveurs et l’authenticité du menu.

 

PROCHAIN DÉPART : BUENOS AIRES !

Restaurant La Porte

Le 28 février, 1e et 2 mars (malheureusement, c’est complet)

(Sur la photo de gauche à droite, Yago Marquez, Thierry Rouyé et Fernando Hara)