Gonzalo Aramburu est le chef du restaurant de Buenos Aires Aramburu. Ce chef de 35 ans a, comme plusieurs autres de sa génération, travaillé quelques années à l’étranger (entre autres avec Charlie Trotter et Daniel Boulud). Il est l’un des membres du rassemblement de jeunes chefs GAJO. Au moment où je l’ai rencontré, il revenait du marché Jean-Talon et était vraiment étonné de la variété d’ingrédients disponibles (même en hiver).

Il sera Chez l’Épicier le 25 et 26 février avec Laurent Godbout pour offrir un menu 15 services.

Laurent Godbout et Gonzalo Aramburu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un aspect méconnu de la cuisine de Buenos Aires?

Le côté cosmopolite de la ville et donc, de sa cuisine. (Il m’explique que sa grand-mère est italienne et qu’il a aussi des origines espagnoles. Je vous invite à lire un billet que j’ai écrit là-dessus : Les différents visages de l’Argentine). Nous mangeons aussi beaucoup de viande.

 

Une bonne adresse là-bas?

Paraje Arevalo, Cafe San Juan (il se nomme café, mais c’est un resto), le bar El Refuerzo, Caseros.

 

La première chose que vous avez mangée en arrivant à Montréal ?

Une bière québécoise et du fromage

 

Première fois à Montréal ?

Oui. Première fois au Canada.

 

Votre aliment préféré pour cuisiner?

Le poisson, mais aussi les légumes

 

Qu’est-ce qui vous a étonné de la cuisine de votre chef hôte ?

Rien qui m’a étonné. Laurent Godbout est un grand chef et il a une excellente équipe.

 

En quoi votre restaurant est-il semblable/différent du restaurant hôte ?

Mon restaurant n’a que neuf tables alors il est beaucoup plus petit. Nous n’avons pas de menu fixe, nous cuisinons chaque jour en fonction des aliments disponibles.

 

Une des deux salles du restaurant Chez L'Épicier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quel plat croyez-vous sera le succès de la soirée ?

Je crois que cela pourra être le ragoût de bœuf avec crème de maïs et ail.

 

Une technique particulière que vous utilisez pour concocter votre repas?

Sous-vide pour la cuisson du filet mignon et du nitrogène pour le dessert

 

Quelle est, selon vous, la tendance gastronomique pour 2013 ?

Il y aura de plus en plus d’expériences dans les menus. Un peu comme le restaurant 41° à Barcelone (dont le menu est une suite de 41 bouchées ou cocktails)

 

Pour en savoir un peu plus sur Aramburu, je vous invite à lire cet article.

 

Discussion en cuisine autour du cochonnet de lait

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chef hôte Laurent Godbout

 

Qu’est-ce qui vous intrigue dans la cuisine de Buenos Aires?

J’ai hâte de voir la ville. Gonzalo m’a invité, je compte bien y aller cette année.

 

La demande farfelue que le chef invité vous a faite?

Aucune, au contraire, il est trop humble. Dans l’une des bouchées, il voulait mettre du foie de volaille, je lui ai dit qu’on le remplacerait par du foie gras. Idem avec la truffe.

 

Ce que vous ferez pendant la soirée ?

Je vais surveiller les plats qui sortent de la cuisine, et lui et sa sous-chef vont superviser la préparation.

 

Pourquoi doit-on venir manger chez vous?

C’est assurément le meilleur repas du festival, le plus original. Quinze services + des mignardises !

 

Cuisine moléculaire argentine à l’honneur

Chez L’Épicier

Lundi 15 février (complet) et 26 février (il reste quelques places) à compter de 17h30.

Réservations : 514 878-2232