Dans le cadre de mes rencontres avec les chefs porteños (de Buenos Aires), je me suis assise avec Cristian Dario Ruiz, le sous-chef du restaurant Leopoldo. C’est son premier séjour à Montréal et il est enchanté d’être ici. Il propose pendant quatre soirs un menu sept services au restaurant Renoir (dimanche 24 février étant le dernier soir).

 

Un aspect méconnu de la cuisine de Buenos Aires?

Tous les gens pensent qu’on ne mange que du bœuf, mais nous avons aussi de l’agneau de la Pantagonie, du crabe royal, des crevettes et plein d’autres choses.

 

Une bonne adresse là-bas?

Casa Umare (le chef Dario Gualtieri est invité au Beaver Club le 28 février + 1 et 2 mars) et Chila (la chef Soledad Nardelli est invitée au Laurie-Raphaël le 27 et 28 février). Mais je dois mentionner que tous les chefs porteños invités au festival sont les meilleurs. C’est la « crème de la crème ». (il le dit en français)

 

La première chose que vous avez mangée en arrivant à Mtl ?

Les fruits dans ma chambre d’hôtel et ensuite j’ai bu du cidre de glace. Mais j’ai un penchant pour les gaufres du Renoir.

 

Première fois à Montréal ?

Oui !

 

Votre aliment préféré pour cuisiner?

Les poissons et fruits de mer.

 

Qu’est-ce qui vous a étonné de la cuisine de votre chef hôte ?

Je pensais que les gens seraient froids, mais ils sont très gentils. Le voyage pour venir à Montréal à partir de l’Argentine est long; j’étais donc fatigué quand je suis arrivé ici. Mais les clients étaient très enthousiastes vis-à-vis les plats, cela m’a donné plein d’énergie.

Escalope d'agneau et houmous de pois verts

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En quoi votre restaurant est-il semblable/différent du restaurant hôte ?

C’est à peu près la même grandeur, mais le Renoir est plus français et classique. Leopoldo est plus fusion, éclectique.

 

Quel plat croyez-vous sera le succès de la soirée ?

Le canard (Canard en deux textures, shiitakes sautés, nouilles soba et sauce teriyaki)

 

Une technique particulière que vous utilisez pour concocter votre repas?

Chez moi j’utilise le sous-vide, mais pas ici.

 

Quelle est, selon vous, la tendance gastronomique pour 2013?

À Buenos Aires, je dirais que tous les chefs essaient de se définir, de trouver leur propre identité et de travailler avec les produits régionaux.

 

Christian Dario Ruiz (gauche) et Olivier Perret (droite)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chef hôte du Renoir Olivier Perret

 

Qu’est-ce qui vous intrigue dans la cuisine de Buenos Aires?

J’ai été surpris de voir que c’était moderne et asiatique. Cristian possède une grande connaissance de la cuisine. Aussi étonné de voir qu’il cuisinait des produits qui pourraient être typiquement québécois : agneau, canard, homard.

 

 

La demande farfelue que le chef invité a faite?

Rien; il avait seulement besoin d’un Thermomix.

 

Ce que vous ferez pendant la soirée ?

Nous cuisinons ensemble. Je gère l’organisation derrière et je fais le dressage avec lui.

 

Pourquoi doit-on venir manger chez vous?

Les commentaires des gens sont très bons (au moment de l’entrevue, c’était la troisième soirée). L’an passé, je savais à quoi m’attendre avec mon jumelage avec le chef belge. Cette année, je n’avais aucune idée, et j’ai été agréablement surpris. Mais les gens aiment beaucoup le menu.

 

Le Renoir reçoit Buenos Aires

Au Renoir (à l’intérieur de l’hôtel Sofitel)

Dimanche 24 février à compter de 17h30. Réservations : 514 788-3038