Select Page
Voyager en français avec CorridorCanada

Voyager en français avec CorridorCanada

Ce billet est commandité par CorridorCanada.

En 2005 et 2006, j’ai animé une émission qui s’appelait Art Circuit (diffusée à Radio-Canada et RDI) et qui avait pour mandat de faire découvrir des artistes francophones à l’extérieur du Québec. Je me suis donc promenée d’Halifax à Sudbury en passant par Winnipeg et Edmonton. Chaque fois, j’étais ébahie devant la force de la communauté francophone, son énergie déployée à rester bien vivante. J’ai eu la chance d’interviewer Jean-Marc Dalpé, Antonine Maillet, des comédiens du Festival des voyageurs et même la mascotte du Festival des sucres de Calgary ! Cette expérience me suit encore aujourd’hui et quand je fais de la radio à Ici Radio-Canada Première, je pense toujours à ces auditeurs qui nous écoutent d’un océan à l’autre.

Capture d’écran 2018-07-01 à 08.57.48

 

Lorsqu’on m’a approchée pour que j’écrive un billet à propos de  CorridorCanada.ca, j’ai tout de suite été emballée. Ce nouveau site du gouvernement canadien répertorie plus de 150 lieux, activités, expériences où l’on peut être servi en français dans toutes les provinces et territoires. C’est toujours un grand plaisir pour moi quand je voyage dans le Canada anglais et que j’entends des gens parler français. Plus fort que moi, je tends l’oreille et je fais la conversation. D’avoir un site (et une application mobile) qui permet de choisir à l’avance des destinations où l’on pourra être servi en français ou du moins y trouver de la documentation dans la langue de Molière, c’est précieux. Vous pouvez même ajouter des favoris pour vous créer un itinéraire. En ces temps où plusieurs se questionnent sur leur envie de visiter les É-U (pour des raisons politiques ou de taux de change), toujours une bonne idée de découvrir de nouveaux coins de pays. Je pense aussi à des parents de mes amis qui ne parlent tous simplement pas l’anglais, mais qui ont quand même envie d’aller en Ontario ou dans les provinces maritimes, c’est une bonne ressource à leur référer.

 

Roma, historic Acadian Site, Prince Edward Island

Roma, site historique acadien, Île-du-Prince-Édouard

 

On peut aussi simplement s’amuser à naviguer dans la section Où aller pour apprendre plus sur la francophonie canadienne. Par exemple, je n’avais aucune idée que français est l’une des onze langues officielles des Territoires du Nord-Ouest, avec l’anglais et neuf langues autochtones ou que les Fransaskois sont 17 735 et représentent 1,6 % de la population de la Saskatchewan (dont beaucoup sont des Métis).  Les contenus du site ont été développés par la Chaire de recherche en patrimoine ethnologique de l’Université Laval.

beaux vendredis

Les Beaux vendredis en Nouvelle-Écosse

 

Évidemment, vous connaissez la gourmande en moi, j’ai d’abord regardé l’onglet Gastronomie et Agrotourisme. C’est dangereux, là je veux juste partir en vacances pour aller explorer plein d’endroits. Par exemple,  Les beaux vendredis en Nouvelle-Écosse où chaque vendredi de l’été, les gens se rassemblent dans un parc d’un village en Nouvelle-Écosse pour manger des fruits de mer ou à l’Île-du-Prince-Édouard où l’on peut déguster des repas inspirés de l’alimentation du 18e siècle sur lieu historique national Roma à Trois-Rivières (ben oui, il y a une ville qui s’appelle Trois-Rivières (Three Rivers) à l’I-P-E !)

 

morue roma

Apprendre à cuisiner comme au 18e siècle

On en entend peu parler au Québec, mais je sais qu’en Ontario, en Alberta et en Colombie-Britannique, les écoles primaires et secondaires qui offrent leurs parcours académiques en français (French Immersion) sont ultra-populaires. En espérant que tous ces jeunes qui ont à cœur de parler français garderont notre langue bien vivante partout au pays.

Le Corridor est mis en œuvre par le Réseau de développement économique et d’employabilité (RDÉE Canada), dont la mission est de favoriser le développement économique des communautés francophones et acadienne du Canada.

De retour à Médium Large

De retour à Médium Large

Avec l’arrivée de l’été, me voilà de retour à la radio à l’émission Médium Large tous les jeudis à 10h. Si l’an dernier nous étions plusieurs panelistes pour discuter d’un sujet en lien avec l’alimentation, cette année pour le segment “On se met à table” Stéphan Bureau (qui anime pendant l’été) et moi discuterons d’enjeux avec différents spécialistes chaque semaine.

Vous pouvez d’ailleurs écouter celui d’hier, Votre assiette vous angoisse-t-elle ? Sinon, voici les thèmes que nous avions abordé l’an dernier:

Locavorisme

Végétarien ou carnivore en 2017 ?

Alimentation biologique

Consommer du poisson durable, une course à obstacle

Le lait, un casse-tête alimentaire, économique et environnemental ,

Enfants et alimentation ,

L’agriculture urbaine : des promesses entre les gratte-ciel

 

Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, j’écris désormais une chronique bimensuelle pour le site du magazine Caribou où je partage des articles qui ont retenu mon attention, mes coups de cœur et coups de gueule. (voici les liens pour Dans l’assiette de Katerine-Lune, semaine 1 et semaine 2).

Aussi, je tourne des capsules pour Tourisme Cantons-de-l’Est pour vous présenter mes bonnes adresses dans ma nouvelle région d’adoption. Je vous en reparle !

Tendances alimentaires 2018

Tendances alimentaires 2018

Après deux ans de pause, me revoilà avec les tendances alimentaires pour 2018. (Vous pouvez lire mes prédictions en 2013, 2014, 2015). Si certaines étaient farfelues (qui boit aujourd’hui du lait de chamelle?), d’autres ont vraiment intégré le monde de la cuisine (fermentation, consommation d’insectes, le boom des microbrasseries, gaspillage alimentaire, beignes haut de gamme).

La première tendance serait ce que l’on qualifie en anglais « clean eating ». Manger des produits non transformés, des grains entiers, manger moins de viande, limiter le sucre et les produits transformés. Rien de bien nouveau me direz-vous, mais l’idée c’est que maintenant tout est rassemblé sous un seul terme. Au lieu d’avoir un régime sans ceci ou plus de cela, on a ici une vision plus globale. Vous me direz que cela ressemble beaucoup au fameux « régime méditerranéen » des années 2000, et vous n’avez pas tort. Tout se recycle…

Aussi, j’ai vu dans trois restaurants montréalais récemment des tartares de betteraves. Après les carpaccios, un autre exemple d’une technique/terme de cuisine que l’on applique habituellement à la viande qui est utilisée sur les légumes.

restaurant LOV salle

À Montréal, on a souvent souligné le haut degré “d’instagrammabilité” du restaurant LOV.

 

Autre tendance qui ne disparaîtra pas de sitôt l’instagrammabilité du décor des restaurants ou des plats qu’on y sert. En espérant que les belles assiettes ne se présenteront pas au détriment du goût…

Finalement, plusieurs sources s’entendent pour démontrer l’importance que prendront les mocktails et autres boissons pétillantes sans alcool.

 

lotus-root

Racines de lotus. Crédit photo: https://www.bonappetit.com/story/food-trends-prediction-2018

 

Si on regarde du côté de la bible des tendances, le magazine Bon Appétit, voici ce qu’il suggère :

-la cuisine portugaise et le cannage maison du poisson. J’en avais déjà mangé chez Fable à Vancouver et le bar Clémentine à Edmonton en a actuellement sur son menu

-racines de lotus (un élément qui ajoute du croquant à un plat)

-les bars à vin (de type européens en Amérique du Nord). Si je vous avais dit que j’aimais beaucoup en 2017 le Monopole et l’un des restaurants montréalais très attendus en 2018 est le bar à vins de la bande de Joe Beef qui s’appelle Mon lapin

– la torta ahogada, un sandwich mexicain

-et le déjeuner japonais. (Intéressant parce que cela fait un mois que je déjeune avec une soupe miso!)

 

Je regarde également avec beaucoup d’intérêt, les suggestions de la National Restaurant Association (É-U). De ce sondage annuel répondu par 700 chefs, je retiens :

-Les condiments faits maison (on en voit déjà, mais on en veut plus)

-les féculents remplacés par des légumes (comme le riz de choux-fleur ou les spaghetti de courgette)

-la crème glacée thaïlandaise

-des herbes moins connues comme le cerfeuil, la livèche ou la mélisse

 

Voici ce qui retient l’attention de Pinterest

-le Air Frying (faire frire avec l’air chaud au lieu de l’huile!)

 

dej japonais

Petit-déjeuner japonais. Crédit photo: https://www.bonappetit.com/story/food-trends-prediction-2018

 

Sinon, il y aussi :

-La culture de fines herbes et de pousses selon Reader’s Digest

Le Journal Métro : le régime végétalien

Le Must mentionne la cuisine d’Afrique de l’Est et les fondues

-Dans le courant du clean eating, le site Avenues.ca propose la transparence totale. Les consommateurs sont de plus en plus informés et se méfient des grandes compagnies. Celles-ci devront dire toute la vérité sur l’environnement, l’éthique ou la santé.

Châtelaine (Canada anglais) les super lattes avec betteraves, curcuma ou algues. Première fois que je vois l’expression « root to stem ». L’idée que l’on mange nos légumes de la racine à la tige (inspirée de l’expression carnivore du museau à queue)

-Forbes avance que l’or sera présent en paillettes ou fines feuilles entre autres dans la présentation des desserts.

La Presse souligne à l’international les grandes tables qui ferment ou déménagent ou qui ouvrent des tables éphémères dans d’autres pays. La liste de + et – en 2018 est aussi digne d’intérêt.

Le Saint-Louis Post propose l’expression « sceen to table ». Des films ou des jeux vidéo font des livres avec les recettes que l’on a vues précédemment à l’écran. Il y aura une plus grande précision sur la provennace. Par exemple, on ne parlera plus de Southern Food, mais de Nashville Hot ou Carolina Sweet.

 

Côté supermarché

Futé, le géant Whole Foods a sorti en novembre – avant tout le monde – sa liste de tendances pour 2018. Ce contenu a été repris par maintes publications jusqu’à Vogue France. Méchant coup de pub pour la chaîne. (Il mettait de l’avant les arômes de fleur, les super poudres et les champignons)

-Quelques semaines plus tard, Provigo sortait lui aussi une liste. A obtenue moins de portée.

 

Et comme quoi les tendances varient d’un endroit à l’autre…

-La BBC semble un peu en retard (les bols de poke étaient tellement 2017!), mais attire aussi l’attention un poivre du Népal qui se nomme timut et d’une alimentation bonne pour les intestins.

-Idem du côté du journal The Star qui met de l’avant le kombucha (so 2016!!)

 

En terminant

Slate a publié en septembre dernier article très intéressant sur Comment les chefs s’adaptent aux nouvelles tendances culinaires.

Et pour ce qui devrait disparaître, le Journal de Montréal a publié en septembre dernier 29 tendances que l’on ne veut plus voir!

 

La photo principale représente Esters un bar à vin de Santa Monica. Crédit photo: https://la.eater.com/2015/8/6/9113455/esters-santa-monica-wine-bar-photos-interior-cassia-inside#0

KitchenAid en solde chez La Baie

KitchenAid en solde chez La Baie

Bonne nouvelle! J’ai été engagée pour être la « voix » des Aubaines du jour de La Baie. Pour cette campagne mettant à l’honneur des blogueuses, j’ai enregistré les publicités radio annonçant les aubaines se déroulant jusqu’au 23 décembre. Ces Aubaines du jour proposent des rabais substantiels dans plusieurs rayons en magasin pour un jour seulement. Évidemment, je m’occupe des ventes dans la section cuisine. Et il y a des méga-aubaines à faire!

 

La Baie

En studio pendant l’enregistrement des publicités radio.

 

Et cela commence aujourd’hui avec l’un des appareils que j’utilise le plus dans ma cuisine: un batteur sur socle de KitchenAid. Celui en solde aujourd’hui est le batteur sur socle Professional 600 de KitchenAid. Il est à 399,99$ (donc rabais de 350$ !) et on peut ajouter un rabais postal de 100$. C’est vraiment une aubaine pour cet outil indispensable dans toute bonne cuisine qui se respecte. À noter qu’il existe plusieurs modèles de batteurs sur socle chez KitchenAid. Celui-là est vraiment le haut de gamme. Il me semble que cela ferait un cadeau de Noël ! (Et vous pouvez faire comme moi j’avais fait: l’offrir à vous-même!)

 

PS: Si l’on ne peut pas se déplacer en magasin, les rabais s’appliquent aussi en ligne.  Les autres blogueuses participant à cette campagne sont Lolitta de Fashion is Everywhere et Vanessa de Damask & Dentelle.  Je vous tiendrai au courant des super aubaines à venir sur ma page FB et Twitter.

 

La baie 2

 

 

Montréal à table 2017 et Toqué!

Montréal à table 2017 et Toqué!

J’ai eu la chance d’essayer le menu qui sera servi chez Toqué! pendant Montréal à table. C’était une soirée offerte pour les clients d’Aéroplan pour souligner ce festival qui se déroulera du 2 au 16 novembre. Avec des tables d’hôte pour 21$, 31$ ou 41$ pour le menu du soir, c’est un bon moment pour faire des découvertes. D’autant plus que pour cette 6e édition, il y a 175 restaurants participants!

 

20171025_201304

carpaccio de cerf, pain frit, légumes marinés

 

Du côté des deux Relais & Châteaux (Toqué! et Europea), les menus sont à 71$, mais il faut savoir que toutes les tables se sont envolées à la vitesse grand V et qu’il n’y a plus de place. Je vous montre quand même mon repas qui était franchement délicieux.

 

20171025_205226

Longe de porc, purée de courge, pleurotes gris, purée d’ail au lait

 

Quelqu’un me demandait sur Facebook, des suggestions où aller manger pendant Montréal à table. Voici donc quelques idées de tables pour vous gâter. À NOTER QUE JE N’AI AUCUNE IDÉE S’IL RESTE DE LA PLACE. À vous d’appeler pour réserver votre table.

 

Centre-ville

Laurie Raphaël

Moleskine

 

Dans Hochelaga-Maisonneuve

Les Affamés

 

Les Quartiers du canal

Chez Lavigne

H4C Place St-Henri

 

Nord de l’île

Madre sur Fleury

Restaurant Le St-Urbain

 

Petite Italie/Villeray

Impasto

Kitchen Gallery

La Récolte Espace local

Mesòn

Salmigondis

 

Plateau Mont-Royal/Mile-End

Chambre à part

Landry & filles

Lili & Co

M.Mme

Pastaga

Petite Maison

 

Vieux-Montréal/Vieux-Port

L’Auberge Saint-Gabriel

Mercuri Montréal

-XO le Restaurant

 

Et de mon côté, si j’ai un peu de temps, voici des restaurants que je n’ai pas encore essayés

Blumenthal

Restaurant Rosélys

Restaurant Su

La Chronique (oui, oui, je sais c’est un incontournable montréalais et je n’y suis jamais allée!)

 

Sur la photo principale, le dessert: mousse au chocolat au lait, gel à l’argousier, croustade au cacao. Toute la table trouvait que cela ressemblait à une copie de luxe d’un oeuf de Pâques Cadbury! Mais en meilleur :-)

Porte-parole de la campagne Unis grâce à la nourriture de Whirlpool Canada

Porte-parole de la campagne Unis grâce à la nourriture de Whirlpool Canada

Bonne nouvelle ! Je suis la porte-parole cet été de la campagne Unis grâce à la nourriture de la marque Whirlpool Canada. Un récent sondage commandé par Whirlpool Canada révèle que près de la moitié des Québécois affirment qu’un bon quartier est celui où tout le monde se connaît, mais seuls 32 % d’entre eux entretiennent des liens avec leurs voisins. Et c’est là que la foodie entre en scène : la nourriture peut nous lier à nos voisins!

Il n’a pas de meilleure façon que de se réunir autour de la table. Autant pour la personne qui a mis tout son amour à cuisiner que pour ceux qui sont reconnaissants de recevoir cette abondance.

 

partage 2

Photo tirée du site: www.alphr.com

 

Voici quelques exemples pour entrer en contact avec son voisinage :

 

Faire connaissance en toute simplicité : Si vous avez déménagé récemment pourquoi ne pas vous présenter aux nouveaux venus avec un petit plat fait maison pour les accueillir dans leur nouveau quartier? Ce peut être aussi simple qu’une tarte ou un pot de sauce tomate.

 

Donner au suivant : En cette période de l’année, nos jardins débordent. Si un voisin vous offre de la menthe fraîchement cueillie de son potager, pourquoi ne pas lui rendre la pareille en lui offrant une salade de fruits garnie de sa menthe? C’est souvent les cadeaux spontanés qui sont les plus appréciés.

 

Partager ses plaisirs coupables : Vous aimez faire un gâteau, mais tout un, c’est trop pour vous? Voici la solution : offrez quelques parts à votre voisin. Fera deux heureuses et moins de calories pour chacune (truc de gourmande)

 

Voici quelques autres constats intéressants du sondage :

  • Quarante-trois pour cent (43 %) des répondants affirment que la préparation d’un repas donne souvent lieu aux conversations les plus intéressantes. (Assurément! Je mentionnais l’importance de cuisiner dans mon billet pour Châtelaine Les 10 commandements de la foodie)
  • Bien que quatre Québécois sur dix disent connaître à peine leurs voisins (42 %), 39 % aimeraient mieux les connaître. Il me semble qu’il est temps que l’on se parle, non?

 

J’ai aussi écrit un texte pour Châtelaine, Un voisinage uni grâce à la nourriture. Vous pouvez aussi me suivre sur Twitter pour voir les entrevues que je donnerai. Joignez‑vous à la conversation avec le mot‑clic #EveryDayCare.

 

Crédit photo: CNW Group