Select Page
Le Monarque et son steak rib-eye de l’Île-du-Prince-Édouard

Le Monarque et son steak rib-eye de l’Île-du-Prince-Édouard

Tuyau bouffe du jour: le steak rib-eye (entrecôte) du nouveau restaurant Monarque (406 rue Saint-Jacques, Montréal, (514) 875-3896). Rarement Montréal n’aura attendu aussi longtemps pour l’ouverture d’un restaurant. Cela fait 5 ans que l’on parle de cet établissement. Si l’an dernier l’ouverture était imminente, les travaux de construction se sont poursuivis pour ouvrir finalement fin août.

Monarque 5

La portion “salle à manger” de l’établissement.

 

Monarque 6

Je me suis amusée à faire un panorama 180 degrés de l’endroit pour vous montrer l’ampleur des lieux.

 

L’attente en valait la peine. Pour une Montréalaise c’est toute une expérience d’entrer dans un lieu par la rue Saint-Jacques et de voir au fond de la pièce la rue Notre-Dame. Le restaurant fait donc un coin de rue complet ! La première partie est destinée à la brasserie (avec un long bar où je vous suggère de vous asseoir), le centre fait face à une partie des cuisines et la pièce du fond est pour la salle à manger gastronomique.

 

Monarque 4

Farrotto avec épinard, citron et parmesan

 

Ce steak a été vieilli 30 jours sur place, mais vient d’un élevage de l’Île-du-Prince-Édouard. Intéressant de faire un choix de bœuf qui ne vient pas de l’Alberta et franchement cette viande était superbe : persillage, texture, délicieux. Le chef Jérémie Bastien me disait, qu’en bons résidants de l’I-P-E, les éleveurs « finissent » leur viande en leur donnant des pommes de terre aux bêtes. Si ce steak vaut 45$, on peut facilement partager ces 300 gr pour deux personnes en prenant des entrées et desserts.

 

Monarque 2

Beaucoup aimé cette tarte au fruit de la passion (en clin d’oeil à la tarte au citron) qui me rappelait Hawaï où le lilikoi (fruit de la passion) est leur fruit national.

 

Très belle adresse et une belle option pour les gens qui cherchent un endroit pour les lunchs d’affaire dans le Vieux-Montréal. Faudra que j’y retourne pour la portion salle à manger.

 

Monarque 3

Éclair chocolat-caramel. Très belle ganache.

 

Marché Artisans, prêt-à-manger Le Fairmont Reine Élizabeth

Marché Artisans, prêt-à-manger Le Fairmont Reine Élizabeth

marche artisans

 

Lors des rénovations majeures au Le Fairmont Reine Élizabeth (l’hôtel a été fermé pendant un an!), les concepteurs ont eu la bonne idée d’intégrer un marché/prêt-à-manger dans la nouvelle mouture de l’hôtel. Ce Marché Artisans (900 René-Lévesque, Montréal, 514-954-2882) se veut à la fois pour les touristes séjournant quelques étages plus haut que pour les Montréalais qui travaillent ou vivent autour. On y retrouve donc une portion épicerie avec produits frais, grande sélection de viandes et une portion prêt-à-manger avec plusieurs options allant du sandwich à l’assiette de rôti de bœuf.

marche artisans 4

Plusieurs options pour emporter pour le lunch

 

Cet espace est une très bonne idée dans notre centre-ville assez ennuyant côté « concepts gastronomiques » et assurément nécessaire dans une ville de foodies comme Montréal. Mon seul petit bémol, j’aurais aimé y voir encore plus de produits québécois. Dans un contexte touristique, cela serait chouette de voir un pan de mur avec des suggestions cadeaux de produits d’ici par exemple.

marche artisans 6

Mais grande sélection de fromages québécois

 

C’est immense et j’espère que les foules accourront rapidement parce qu’il faut beaucoup de ventes pour rouler autant de produits. Allez-y donc faire un tour.

 

marche artisans 8

Le repas que j’ai acheté pour emporter: morue, purée de patates douces et légumes grillés.

Le sandwich au spaghetti bolognaise de la nouvelle épicerie Sainte-Cécile

Le sandwich au spaghetti bolognaise de la nouvelle épicerie Sainte-Cécile

Tuyau bouffe du jour : le sandwich au spaghetti de la nouvelle Épicerie Sainte-Cécile (232, rue de Castelnau Est, Montréal, 514 271-9888). Oui, c’était début janvier et oui il faisait froid et oui, je n’avais pas d’excuse pour ingérer ce sandwich au spaghetti (allo double féculent! ). Une excuse du type: j’ai fait du ski de fond pendant 4h et je meure de faim). Ben non, je l’ai juste mangé parce que c’était tellement bon. Des échalotes marinées et du chimichurri ajoutent l’acidité et aident à contrer la lourdeur possible de toute la patente. Ça c’est la portion pour manger sur place, mais on peut aussi y acheter du prêt-à-manger d’Adèle Prud’homme qui est traiteur. S’ajoute les super charcuteries de Ségué Lepage du Comptoir Charcuteries et Vins et quelques produits fins.

Message_1483720285029

Les saucissons offrent un rapport qualité-prix imbattable à Montréal.

 

Les deux sandwichs que j’ai mangés m’ont vraiment donné envie d’y revenir pour le brunch. Mais attention, je prédis que les 12 places seront remplies bien rapido. À essayer absolument lors de votre prochaine visite au Marché Jean-Talon.

Agrikol, le nouveau restaurant haïtien de 2 membres d’Arcade Fire

Agrikol, le nouveau restaurant haïtien de 2 membres d’Arcade Fire

Tuyau bouffe du jour : les côtes de porc du nouveau restaurant Agrikol (1844 Amherst, Montréal). Ce nouveau venu dans le Village est un resto haïtien qui fera courir les foules. Évidemment parce que deux des proprios sont des membres d’Arcade Fire (Regine Chassagne et Win Butler), mais surtout parce que la vibe est bonne.

agrikol 4

D’abord, il y a cette musique entraînante quand on y entre qui nous fait bouger les épaules (ou les hanches, c’est selon). Aussi, on y sert plusieurs cocktails à base de rhum pas piqués des vers, mais surtout parce que l’on y mange bien. M’a fait pensé à la Buvette Chez Simone qui était archi-achanladée à ses débuts. Je crois qu’Agrikol a le même potentiel d’attirer à la fois les habitués-les m’as-tu-vu- et les résidents du quartier.

 

Délicieux accras haïtiens

Délicieux accras haïtiens

 

Alors dans cette assiette il y avait de très bonnes côtes grillées assaisonnées avec cannelle, cumin et clou de girofle (Haïti represents!) accompagnées de l’inévitable riz-fèves et bananes plantain. Bref, un bon choix pour goûter quelques spécialités de la maison.

Gâteau aux patates douces avec sirop de rhum et raisins. Miam.

Gâteau aux patates douces avec sirop de rhum et raisins. Miam.

 

Pour plus d’infos et photos, voici ce joli billet de la photographe Cindy Boyce.

 

À noter qu’ils ne prennent les réservations que pour les groupes de 8 personnes et +.

 

Le jambon et spaghetti carbonara du restaurant La Petite maison

Le jambon et spaghetti carbonara du restaurant La Petite maison

Tuyau bouffe du jour : le jambon braisé et spaghetti carbonara du nouveau restaurant La Petite maison ( 5589 avenue du Parc, Montréal, (514) 303-1900) Le nouvel établissement du chef Danny St-Pierre donne effectivement l’effet d’une petite maison. Sans enseigne à l’extérieur, 2 petites pièces figurent comme salle à manger avec une cuisine au centre et des livres de recettes comme déco.

La pièce au centre: le bar

La pièce au centre: le bar

Dans l’assiette, ce qui a fait la réputation de Danny St-Pierre : simple et bon. Et tout fait maison y compris ses colas et pains sortis du four aux 30 minutes. Portion généreuse de jambon, le carbonara était réconfortant et soutenant. Parfait pour une journée d’hiver. Le menu changera au gré des humeurs du chef.

Les entrées: soupe au brocoli, salade de choux, tartare de boeuf, pain de maïs et le classique de Danny: la poutine inversée

Les entrées: soupe au brocoli, salade de choux, tartare de boeuf, pain de maïs et le classique de Danny: la poutine inversée

 

À noter qu’en attendant leur permis d’alcool, le resto est ouvert seulement les midis et les brunchs le week-end.

 

 

Le burger du nouveau casse-croûte Chez Tousignant

Le burger du nouveau casse-croûte Chez Tousignant

Tuyau bouffe du jour : le hamburger de Chez Tousignant 6956 Drolet, Montréal (438) 386-6368). Ce burger bien pensé est composé de boulettes de paleron et de poitrine de bœuf servi dans un pain pomme de terre maison. Oui, on est loin du casse-croûte ordinaire. C’est que derrière ce snack-bar il y a le chef Yann Turcotte (anciemment Impasto) ainsi que Michele Forgione et Stefano Faita. On a donc longuement réfléchi à la composition de ce que l’on considère habituellement du fast-food. Turcotte racontait dans cette entrevue qu’il avait passé plus d’un an à travailler sa recette de saucisse à hot-dog (qui est bon, mais j’ai nettement préféré le burger). À un coin de rue du Marché Jean-Talon, parfait endroit pour aller manger une patate (très très bonne d’ailleurs) avant ou après les courses.